Avis et communiqués

Economie

L'économie de la région

L’activité économique de la région est principalement caractérisée par l’agriculture,
l’élevage et le commerce. D’autres activités comme l’artisanat présentent un intérêt
certain pour la population de la région.
L’agriculture est essentiellement basée sur les cultures de rente (arachide,
sésame, manioc, pastèque) et sur les cultures vivrières (mil, sorgho, maïs, niébé).
Les cultures maraîchères et fruitières ne sont pas en reste. Mais ce secteur connaît
des contraintes majeures qui entravent son développement. Parmi elles, on note la
réduction drastique des emblavures depuis quelques années, la mauvaise qualité des
semences, le faible niveau d’équipement et la vétusté du matériel agricole mais aussi
l’irrégularité des pluies, entraînant ainsi une baisse généralisée des rendements
agricoles.
L’élevage se caractérise par l’existence de techniques traditionnelles que sont
l’élevage pastoral fondé sur la transhumance et l’élevage sédentaire du terroir
villageois. Mais la réduction de l’espace pastoral conjuguée à une dégradation
constante du couvert végétal, à une forte pression démographique sur les terres
agricoles (réduisant ainsi les terres en jachère), à un nombre insuffisant de points
d’eau, constitue un handicap certain pour le développement de l’élevage. Cependant,
avec la création de GIE et d’associations villageoises, un élevage de type moderne se
développe de plus en plus dans la région.
Le commerce est par essence une activité très prisée des « Baol – Baol ». Elle
occupe d’ailleurs une place importante dans le développement économique de la
région. Cette situation est favorisée par la position géographique de la région, à mi chemin entre l’important centre de production de la zone sylvo-pastorale et les
grands centres de consommation du centre ouest (Dakar, Thiès et Kaolack). On
relève dans la région de Diourbel, une présence massive de marchés hebdomadaires
« Louma » où sont écoulées une bonne partie de la production agricole et du bétail.
L’activité artisanale présente de réels atouts pour la région. En effet, Diourbel est
réputée pour sa forte tradition artisanale et la population dispose d’une réelle
expertise notamment dans le domaine de la poterie. A cela, s’ajoute la présence du
Centre de Perfectionnement pour l’Artisanat Rural (CPAR) de Kaél et du lycée
technique pour permettre d’améliorer les capacités des artisans. Ces derniers tentent
de s’organiser autour de la Chambre de Métiers. Avec leur dynamisme, le nombre d’artisans inscrits continue de progresser d’année en année, passant de 3307 en
2004 à 4148 en 2009.